Lettre n°10 ----- Automne 2019

20 novembre 2019

Lutte contre les inégalités et développement durable : même combat

« L’inégalité n’est pas économique ou technologique : elle est idéologique et politique », c’est la conclusion à laquelle est parvenu Thomas Piketty dans son dernier ouvrage « Capital et idéologie ». « Idées et idéologies permettent en permanence d’imaginer et de structurer des mondes nouveaux et des sociétés différentes. De multiples trajectoires sont toujours possibles ». Ainsi, par exemple, le taux d’imposition des hauts revenus approchait les 70% aux USA entre 1930 et 1960, il est actuellement en France de 20,4% sur les 1% de la population les plus aisés.
Quelle « trajectoire nouvelle » imaginer et structurerpour un développement durable dont l’ambition est de combiner lutte contre les inégalités, transition écologique et justice sociale ?

Lire la suite...


Le rapport publié par 4 D (www.association4d.org ) et Wecf (www.wecf-france.org ) « Remède à l’inégalo-scepticisme. Une évaluation des inégalités en France au regard des objectifs de développement durable », produit de contributions de 17 partenaires chercheurs ou associations, souligne qu’inégalités de revenus, inégalités sociales, inégalités politiques, et inégalités environnementales se superposent et se renforcent, conduisant les plus vulnérables dans une spirale inégalitaire dont ils peinent à s’extraire. Les auteurs attendent, en effet, davantage de coresponsabilité de la part des acteurs publics et privés et des choix politiques et stratégiques disruptifs en matière de fiscalité, d’investissements et de lutte contre les changements environnementaux globaux pour résorber durablement les inégalités dans toutes leurs dimensions. Ils préconisent l’ouverture de 3 grands chantiers : le renforcement de l’État-providence en adaptant ses fonctions aux crises écologiques en créant une branche vulnérabilité écologique au sein de la sécurité sociale (Laurent, 2014) ; l’instauration d’une fiscalité sociale et écologique progressive, rejoignant ainsi les préconisations de T. Piketti ; l’accroissement des investissements publics dans les secteurs prioritaires tels que l’éducation, les transports, l’agriculture durable, et la rénovation énergétique.

Les 17 ODD, (objectifs de développement durables)– veulent-ils croire– sont un cadre pour permettre d’améliorer la connaissance des synergies ou conflits potentiels dans la réduction conjointe des différents types d’inégalités et pour améliorer l’efficacité de l’action de l’État, des Etats, des ONG et de tous les autres acteurs engagés pour une transition écologique et solidaire.
Rappelons que la « Commission Stiglitz » sur la mesure des performances économiques et du progrès social insistait dans son rapport de septembre 2009 sur l’importance des inégalités et sur l’insuffisance des moyennes pour décrire des réalités complexes. « Le calcul de la moyenne des revenus, de la consommation et des richesses doit être assorti d’indicateurs qui reflètent leur répartition. Les inégalités de qualité de vie devront être évaluées entre personnes, catégories socio-économiques, sexes et générations, en accordant une attention particulière aux inégalités d’origine plus récente comme celles liées à l’immigration. » (cité par Alain Gely) auxquels il faut ajouter l’inscription territoriale des inégalités.

Les gilets jaunes, occupants des ronds-points, témoignent de ces inégalités territoriales ; eux, qui sont le plus souvent des relégués de la ville chassés ou/et des marginalisés de la mondialisation [1].

°0°

A lire ou relire dans l’EDD :

* Nicolas Imbert : La Déclaration Universelle des Droits – et devoirs – de l’Humanité, un outil essentiel pour réconcilier l’humain et la planète., (2018).
* Carole-Anne Sénit et Vaia Tuuhia : Réduire les inégalités, une condition nécessaire à l’acceptabilité des politiques environnementales, (2018) : Une rencontre avec Lucas Chancel
* Marc Darras : Les objectifs du développement durable (O.D.D.) : Outils d’une stratégie mondiale à l’horizon 2030, (2018)
* Alain Gély : Des indicateurs d’inégalités régionaux et locaux, (2013)

A lire : les derniers articles mis en ligne

* Lola Vallejo, Aleksandar Rankovic, Michel Colombier, Sébastien Treyer, Judith Voss-Stemping -de l’ IddrI : Neutralité carbone : Relever le défi mondial pour une action climatique ambitieuse .

  • La hausse de la concentration de GES dans l’atmosphère se poursuit avec la forte hausse des GES provenant de la croissance des pays émergents. Face à ces difficultés les pays développés, responsables historiques de la situation actuelle, sont appelés à réduire prioritairement leurs rejets de GES. Un objectif complémentaire pourrait être de viser la neutralité carbone en compensant les rejets par des puits de carbone qui peuvent être des puits naturels (les océans et les forêts), des puits liés aux activités agricoles (gestion des sols, cultures à vocation énergétique avec stockage de CO2), ou enfin des puits artificiels (stockages de CO2 en couches profondes pour les industries).

* Fabrice Flipo  : Les mouvements de « la transition » ou l’importance de la complémentarité

  • Cet article insiste sur la complémentarité des mouvements sociaux, en soulignant sur la spécificité et les marges de manœuvre singulières des différents sites de lutte. Un mouvement peut difficilement en « remplacer » un autre, et accomplir ses missions.

* Sébastien Giorgis  : Paysages urbains de l’après-pétrole : Les nouveaux paysages de l’espace public *

  • La question actuelle de la transition énergétique pose la question de la transformation des paysages urbains contemporains de façon radicale. L’urbanisme doit être pensé en intégrant les manières de vivre, de travailler, de se déplacer ou d’habiter. De nouveaux paysages urbains en résultent. Mais attention à ce que les dimensions très techniques, technologiques, scientifiques et sectorielles de ces nouvelles préoccupations, les nouveaux processus de fabrication de la ville aussi précieuses et légitimes soient-elles, ne donnent naissance partout au même paysage urbain parfaitement banalisé du nord au sud et de l’est à l’ouest du continent comme sur la totalité de la planète.

* Jean Marie Beauvais : Automobile et effet de serre : comment économiser l’énergie dans le secteur des transports et réduire la dépendance automobile ?

  • Comment économiser l’énergie dans les transports et réduire notre dépendance à l’automobile ? Chacun de nous attend de la réponse à cette question des retombées positives tant au niveau des "fins de mois" qu’au niveau de la "fin du monde". Mais pour répondre à cette question il faut, au préalable, savoir quels sont les facteurs qui, en France, déterminent la consommation d’énergie dans le secteur des transports, et notamment celle d’énergie fossile par l’automobile, une des sources majeure de GES..

* Stéphanie Leyronas et Nadège Legroux : Les communs et l’aide au développement

  • Les communs constituent une grille d’analyse et une démarche opérationnelle stimulantes pour les bailleurs de fond d’aide au développement. Ils s’inscrivent dans une suite de récits autour des notions de développement durable et de biens publics mondiaux, faisant écho au cadre de l’Agenda 2030 des Nations Unies décliné à travers les Objectifs de développement durable. Aujourd’hui, les communs sont plus que jamais nécessaires à la mise en œuvre de l’atteinte de ces objectifs à toutes les échelles et avec l’ensemble des acteurs.

    °-°

* - Le Collectif - ’Paysages de l’après-pétrole’ a pour objectif de redonner durablement à la question du paysage un rôle central dans les politiques d’aménagement du territoire, dans un contexte de transition énergétique et plus largement de transition vers un développement durable. Il a particulièrement à cœur l’égalité entre les citoyens en termes de cadre de vie, face à l’évident constat que le paysage dégradé sinon incohérent est trop souvent celui des populations défavorisées.

Notes

(pour revenir au texte, cliquer sur le numéro de la note)

[1Communiqué « Paysages de l’après ronds-points, gilets jaunes et droit au paysage » - www.paysages-apres-petrole.org